Photographiée avec Hasselblad H1D-132C Imacon, H2-CHF39, H2D-22, H4D-60, H3-39 and H6D-50, Hasselblad 500C, film back de H2-22 et le H3D.

J'ai commencé à photographier le domaine de Versailles quand j'étais là-bas la première fois en 1998. C'était un rêve pour moi, la tranquillité, l’atmosphère dans les jardins. 

C'est devenu un voyage à travers ma vie qui réfléchit ma façon de pense en tant que photographe aussi bien que mes expressions et comment j'ai aimé rêver dans mon monde compliqué, aujourd’hui comme hier.

Donc, c’est autant un voyage à travers les jardins qu’un voyage à travers ma carrière professionnelle. J’ai fait exactement comment j’ai visualisé : pas de règles, ce qui est mon style jusqu’à present aussi. En tant que photographe professionnelle je déteste les règles, particulièrement dans un monde créatif. Je me rappelle que j'aimais écouter de la musique quand j’ai pris ces photos, comme j'ai toujours fait. Ça m’a inspirée et ça m’a fait rêvé, c’était mon petit retour au 17ème siècle. Je me souviens j’ai marché seule à travers les jardins, pendant que j’écoutais les compositeurs français de cette période, dont mes favoris Jean-Baptiste Lully et Monsieur Sainte de Colombe. 

J’ai toujours pensé à toutes ces soirées oubliées, tous les baisers secrets et toutes les choses qu’on ne saura jamais. À travers chaque mètre, chaque coin et derrière chaque arbre il y a une secret qui est oublié. 

Versailles tout entier est d’abord un grand musée, et c’est aussi un grand cimetière magique, où la vie réapparaît par endroits avec des voix anciennes.

J’ai toujours été très fascinée par l’histoire, surtout les 17ème et 18ème siècles. Cette période était très romantique et très passionnée, ce qui a été exprimé particulièrement dans l’art et la musique. La tristesse était très moderne, c'était la mode de l'époque, les différences entre les pauvres et les riches étaient énormes. Surtout dans la période juste avant la révolution. Un petit monde surréaliste. 

Je crois que la tristesse est belle, j’aime la tristesse, elle me rend créative.